ActaGroup
item3
item2e2
item2e2a
Qui sommes nous
item2e2a1
Qui sommes nous

(+32 (0)87 / 29 28 00

item7

© Acta xxx HOME xxx GDPR xxx ACTA Intérim sa xxx ACTA Sélection & recrutement xxx Mentions légales xxx Webdesign: www.cito.be

item3a
item2e
La Systémique
Elaboration de stratégies de changement :
Tous, nous deviendrons progressivement auteurs et acteurs du changement permanent.
 
La systémique ou l’art de modifier des acteurs et l’impact de leurs relations dans un système à considérer. 
Elle nous incite à explorer des méthodologies susceptibles de mieux composer avec la complexité des phénomènes qui nous entourent sans les isoler de l'environnement dans lequel ils naissent et évoluent. Ces situations sont rarement des relations causales simples, mais plutôt des relations de type circulaire.
 
La systémique : « le tout est supérieur à la somme des parties »
La systémique se distingue des autres approches par sa façon de comprendre les relations humaines. En effet, la personne n'est pas le seul élément analysé dans la démarche. On accorde aussi une importance aux différents systèmes dont elle fait partie (familial, professionnel, social, etc.). Cette personne est influencée à la fois par ses intentions, celles des autres, et celles des possibilités du milieu et/ou du système. L'idée principale est que l'histoire de la famille agit sur l'individu. Cet individu transporte avec lui des valeurs, des émotions et des comportements véhiculés par la famille et ceci depuis plusieurs générations. En fait, si une partie du système ne fonctionne pas bien ou éprouve des difficultés, cela risque d'affecter tout le système. Métaphore de l'orchestre : lorsque nous écoutons un orchestre, nous n'écoutons pas chaque instrument mais la musique dans sa globalité, l'ensemble de l'orchestre (on ne s'intéresse pas à un élément mais comment fonctionne l'ensemble).
 
La systémique a une position globalisante et repose sur les hypothèses qu'un ensemble possède des propriétés émergentes qui se révèlent bien mieux par l'étude des ensembles que par celle des parties qui les constituent. On prétend également qu'il est impossible, dans les systèmes complexes, d'atteindre la compréhension de l'ensemble comme un tout par l'étude exclusive de ses parties.
Ce phénomène de complexification des ensembles qui nous entourent, la tendance à considérer le tout plutôt que les parties et la croyance qu'on ne puisse extraire un ensemble de son environnement sans en modifier la nature nous amènent à explorer des approches autres que le rationalisme. Dans ce contexte, la systémique nous apparaît capable de combler certaines des lacunes ou des insuffisances caractérisant l'approche expérimentale.
 
La révolution systémique : comparaison caricaturale
L'analyse analytique se concentre sur les éléments individuels, s'appuie sur la précision des détails, modifie une variable à la fois, conduit à une action programmée dans son détail, la validation se vérifie théoriquement…
 
La systémique se concentre sur les interactions des éléments, s'appuie sur la perception globale, modifie des groupes de variables simultanément, conduit à une action par objectifs, la validation se vérifie pratiquement…
 
La conduite du changement en entreprise
L'entreprise est un système complexe et son environnement évolue en permanence.
Ses besoins aussi. Mais les hommes ont une tendance naturelle à résister au changement.
 
Il faut regarder une entreprise dans son ensemble, non pas par départements ou services seuls. Un service, sans l'interaction avec les autres, n'atteint pas l'objectif global de l'entreprise. Il faut la corrélation de l'ensemble pour créer une entreprise.
 
La systémique permet d'appréhender la complexité des organisations et d'entrer dans leur logique interne et facilite la conduite et l'accompagnement du changement.
 
La systémique est avant tout une culture, une façon différente de décrypter les messages de l'environnement et de réagir aux nécessaires besoins d'évolution pour les préciser, les accompagner, voire les maîtriser. Ce changement de culture se mettra en place lorsque chacun sera demandeur ou dans l'obligation de s'adapter à l'environnement et ne résistant plus systématiquement à toute nécessité de changement, tous nous deviendrons progressivement auteurs et acteurs du changement permanent.
Un changement imposé est connu pour générer une angoisse qui s'exprime par des résistances. En revanche, si nous devenons auteur du changement, cette angoisse peut devenir motrice.
 
La systémique propose aux entreprises les moyens d'engager progressivement une dynamique sociale et managériale destinée à faire évoluer les mentalités et à créer de nouveaux comportements, éléments d'une nouvelle culture d'entreprise. Par exemple, en enlevant un élément "perturbateur" dans un service, le responsable pense résoudre son problème. Il s'avère, généralement, qu'on retrouve, peu de temps après, un nouvel élément perturbateur dans l'équipe. Que faire alors ? Réponse systémique : travailler sur l'ensemble du service pour rechercher quel besoin ou objectif ce service a de "créer" un perturbateur parmi eux, et non d'éradiquer, simplement, un élément de l'ensemble.
 
La complexité et l'entreprise
Prenons une tapisserie contemporaine. Elle comporte des fils de lin, de soie, de coton, de laine, aux couleurs variées. Pour connaître cette tapisserie, il serait intéressant de connaître les lois et principes concernant chacun de ces types de fils. Pourtant, la somme des connaissances sur chacun de ces types de fils entrant dans la tapisserie est insuffisante pour, non seulement connaître cette réalité nouvelle qu'est le tissu, c.-à-d. les qualités et les propriétés propres à cette texture, mais, en plus, est incapable de nous aider à connaître sa forme et sa configuration.
 
Première étape de la complexité : nous avons des connaissances simples qui n'aident pas à connaître les propriétés de l'ensemble. Un constat banal qui a des conséquences non banales : la tapisserie est plus que la somme des fils qui la constituent. Un tout est plus que la somme des parties qui la constituent.
 
Deuxième étape de la complexité : le fait qu'il ait une tapisserie fait que les qualités de tel ou tel type de fils ne peuvent toutes s'exprimer pleinement. Elles sont inhibées ou virtualisées. Le tout est moins que la somme des parties.
 
Troisième étape : cela présente des difficultés pour notre entendement et notre structure mentale. Le tout est à la fois plus et moins que la somme des parties.
Dans cette tapisserie, comme dans l'organisation, les fils ne sont pas disposés au hasard. Ils sont organisés en fonction d'un canevas, d'une unité synthétique où chaque partie concourt à l'ensemble. Et la tapisserie elle-même est un phénomène perceptible et connaissable, qui ne peut être expliqué par aucune loi simple.
 
Concepts systémiques
L'organisation des systèmes
Le système, concept de base de l'approche systémique, est un ensemble d'éléments en relation les uns avec les autres et formant un tout. On dit qu'un système « est » lorsqu'il est en contact avec un environnement qui peut le transformer ou qu'il peut lui-même transformer.
 
Notre éducation ne nous a pas incités à avoir une vision globale de l'univers et des ensembles qui nous entourent. La réalité, telle que présentée tout au long de nos études, a toujours été découpée en disciplines ou portions de réalité fragmentées et isolées. A cause de cette formation, il nous est difficile de la considérer dans sa totalité, sa complexité et sa dynamique. Pour sa part, le concept de système s'efforce de relier les ensembles au lieu de les isoler, s'appuie sur la perception globale plutôt que sur l'analyse détaillée, considère les interactions plutôt que les éléments, insiste sur l'étude des transactions qui ont lieu aux points d'interface entre le système et l'environnement et nous donne une vision axée sur les aspects dynamiques et interactifs des ensembles qui composent la réalité.
 
Ce concept de système nous aide à observer la réalité en la considérant comme étant formée d'ensembles dynamiques interreliés. De plus, il favorise l'application d'une approche qui nous incite à réfléchir sur les buts pour lesquels les systèmes sont mis en place, à découvrir les relations existant entre les fins, les fonctions et les structures. Cette approche exige également que nous concentrions notre attention sur la réalisation des objectifs qui justifient l'existence d'un système et sur les critères nous permettant d'en vérifier la performance.
 
Laurence Schyns
 
Applications de la systémique :
  • Problèmes d'anxiété, blocages émotifs, peurs, deuils, etc.
  • Problèmes physiques : douleurs, douleurs chroniques.
  • Difficultés de couple : les gens viennent discuter, individuellement ou en couple de ce qui empêche le couple de fonctionner et travaillent ensemble à apporter les changements nécessaires pour converger davantage.
  • Familles ayant des difficultés avec les enfants, avec la répartition des responsabilités et des tâches, etc.
  • Personnes connaissant des difficultés au travail (adaptation, promotion, changement de responsabilités, etc.) et le stress causé par la pression pour augmenter la performance, par les coupures de personnel et/ou réorganisations etc.
  • Bref des gens qui ont besoin d'écoute et d'une aide extérieure pour apprendre à résoudre leurs problèmes.
 
 
-> VERS LE HAUT
Qui sommes nous
item2d
item9a