item4
ActaGroup
item3
item2e2
item2e2a
Qui sommes nous
item2e2a1
Qui sommes nous
item2a
item2a1
item2a2
item2a2a

(+32 (0)87 / 29 28 00

item7

© Acta xxx HOME xxx ACTA Intérim sa xxx ACTA Sélection & recrutement xxx Mentions légales xxx Webdesign: www.cito.be

item3a
item2e
Interview du Professeur Yves LIGNON
Télépathie et phénomènes paranormaux :
Un point de vue objectif
 
Nous avons interrogé Monsieur Yves Lignon qui enseigne la théorie des probabilités, la statistique mathématique et la méthodologie statistique au département de mathématiques de l'Université de Toulouse-Le Mirail. Il est également le fondateur et l'animateur du laboratoire de parapsychologie de Toulouse, un organisme scientifique unique en France.
 
Acta Magazine : Monsieur Lignon, qu'est-ce qui vous a amené à fonder le Laboratoire de Parapsychologie à Toulouse (France) ?
 
Yves Lignon : Un constat très simple : l'étude scientifique des phénomènes parapsychologiques a débuté vers 1880 et des universités aussi prestigieuses que celle de Princeton (U.S.A.) possèdent aujourd'hui des laboratoires spécialisés dans cette recherche. Au début des années 70, la France était le seul grand pays industriel se tenant à l'écart... Qui plus est ma spécialité de statisticien me rendait particulièrement disponible : en effet, les expériences fondamentales sur la voyance et la télépathie, conçues aux U.S.A vers 1925, utilisent les mathématiques appliquées. 
 
 
Acta Magazine : Y a-t-il un intérêt particulier des non-initiés à la télépathie ?
 
Yves Lignon : Les phénomènes paranormaux en général ont quelque chose de merveilleux et nous sommes tous attirés par le merveilleux, la nature humaine est ainsi. Dès lors rien d'étonnant à ce que tout un chacun s'intéresse plus à la télépathie ou à la voyance qu'à la physiologie des oreilles du lapin !
 
 
Acta Magazine : C'est quoi la parapsychologie ? Et plus précisément en quoi consiste la télépathie ?
 
Yves Lignon : Même si ce terme est utilisé à tort et à travers ou récupéré par les charlatans, parapsychologie a une définition précise. La parapsychologie est l'étude, à l'aide de méthodes scientifiques extrêmement strictes, des phénomènes que le grand public connaît sous les noms de télépathie, voyance, rêves prémonitoires, apparitions, bruits étranges, actions des guérisseurs magnétiseurs ou des sorciers. Depuis quelques années le domaine de recherches s'est étendu à l'étude des récits associés aux croyances en une "vie après la mort". Par contre la parapsychologie ne s'intéresse pas aux OVNI, à l'astrologie ou à l'homéopathie.
 
La télépathie pourrait être définie comme la transmission d'information d'un être humain à un autre être humain sans que soient utilisés les moyens sensoriels (parole, vue, etc.…) actuellement connus. Il est possible d'envisager l'existence de formes de télépathie entre humains et animaux peut-être même entre humains et végétaux mais il ne s'agit là actuellement que de perspectives et non de résultats expérimentaux solidement établis
 
 
Acta Magazine : Peut-on assimiler la télépathie à de la voyance ?
 
Yves Lignon : La télépathie et la voyance peuvent être considérées (avec les rêves
prémonitoires) comme des formes particulières d'un même phénomène : la perception extra sensorielle. Ce terme proposé vers 1930 par le Professeur Rhine (qui a dirigé le premier laboratoire de parapsychologie ouvert dans une université américaine) rend bien compte de l'essentiel : à un moment donné, un cerveau humain possède une information qui lui est parvenue par des moyens inconnus. Si l'on peut estimer que cette information provient d'un autre cerveau, il s'agit de télépathie, dans le cas contraire, de voyance. L'étude de témoignages a permis de faire la distinction mais en laboratoire c'est beaucoup plus délicat. Supposons que je pense fortement au livre que je suis en train de lire ces jours-ci et que je vous demande de quel ouvrage il s'agit. Si vous répondez correctement, c'est peut-être parce que mon message télépathique vous est bien parvenu, mais c'est peut-être aussi parce que vous avez vécu un phénomène de voyance: la seule chose parfaitement établie est que vous avez pu donner le titre d'un livre dont vous ignoriez tout et ce simple fait suffit d'ailleurs pour mettre en évidence un mystère : vous savez alors que vous ne pouviez pas savoir.
 
 
Acta Magazine : Faut-il se trouver dans des conditions spéciales pour être télépathe ?
 
Yves Lignon : Il semble qu'il en soit de la télépathie (et de la voyance) comme de la musique : nous pouvons tous fredonner une chanson à la mode mais Mozart est unique. De même, nous sommes sans doute tous capables de perception extra sensorielle mais seules certaines personnes peuvent vivre épisodiquement le phénomène sous une forme excessivement intense.
 
 
Acta Magazine : Lorsqu'on est en phase de rêve, fait-on de la télépathie avec les personnes dont on rêve ?
 
Yves Lignon : C'est possible, des expériences menées il y a un peu plus de 20 ans au Maimonides Hospital de New -York sous la direction du Docteur Stanley Krippner vont tout à fait dans ce sens.
 
 
Acta Magazine : le hasard existe-t-il ?
 
Yves Lignon : Hum ! … Qu'est ce que le hasard vous répondrai-je, en statisticien ? S'il s'agit de l'intervention d'un ensemble de causes inconnues ou mal connues alors oui le hasard existe.
 
 
Acta Magazine : Une équipe toulousaine poursuit depuis plus d'un an un travail expérimental, appuyée moralement, en partie par Geepp. A quoi cette expérience va-t-elle contribuer ?
 
Yves Lignon : Nous essayons de provoquer des phénomènes de voyance et de télépathie en utilisant l'hypnose médicale. L'hypnose est ce que les spécialistes nomment un "état altéré de conscience" (tout comme certaines formes de relaxation) et des recherches menées d'abord aux U.S.A puis actuellement très développées par une équipe de l'Université d'Edimbourg montrent que ces états favorisent probablement la perception extra sensorielle.
 
 
Acta Magazine : Quelle est l'approche du milieu universitaire et scientifique à la parapsychologie ?
 
Yves Lignon : L'idée que nous sommes capables de télépathie, de voyance... a quelque chose d'énorme puisqu'elle implique que l'être humain peut communiquer ou s'informer "autrement" et ne se réduit donc pas à un simple mécanisme biologique. Dans ces conditions, il est tout à fait normal que la communauté scientifique soit exigeante a l'égard de ceux de ses membres qui étudient la parapsychologie : c'est toute une conception de l'être humain qui est en cause et on ne saurait se contenter d'à peu près. Voilà pourquoi les discussions autour des expériences de parapsychologie sont, dans le monde entier d'une extrême sévérité. J'insiste pour dire que cette attitude, tout à fait naturelle en matière scientifique, me semble encore plus nécessaire en parapsychologie étant donné l'importance de l'enjeu. Ceci dit la situation de la France est, hélas, très particulière : depuis la fin du siècle dernier de grands universitaires se sont opposés à la parapsychologie pour des raisons philosophiques ou idéologiques et non scientifiques. Il y a un blocage parce qu'on lit Descartes entre les lignes : être rationnel ce n'est pas refuser à priori, c'est expérimenter et si l'expérience est correcte admettre les résultats même s'ils dérangent. C'est comme cela que les choses se passent aux U.S.A, au Japon, en Grande Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas... depuis un siècle (et que cela se passait en URSS) mais en France bon nombre de mes collègues ne savent même pas que le premier centre de recherches en parapsychologie du monde a été fondé en... 1882 à Londres par des universitaires, qu'en URSS les recherches ont débuté avant la seconde guerre mondiale et qu'aux USA les services de renseignements ont financé des expériences de voyance qui ont réussi !
 
 
Acta Magazine : En tant qu'animateur d'un laboratoire en parapsychologie, quels sont les moyens financiers octroyés pour réaliser vos expériences ?
 
Yves Lignon : Pendant quelques années, mon université a subventionné modestement mon équipe. Puis ce soutien ayant été supprimé pour des raisons officiellement administratives, nous avons été réduits à rechercher nous-mêmes nos sources de revenus (dons d'organismes scientifiques étrangers, conférences, mes ; propres droits d'auteurs etc.). Actuellement nous parvenons tant bien que mal à financer nos expériences mais les chercheurs sont tous bénévoles et exercent par ailleurs une activité professionnelle et donc ce dont nous manquons le plus, c'est de temps.
 
 
Acta Magazine : Aujourd'hui vos objectifs sont-ils réalisables au point de vue financier et par rapport aux moyens techniques ?
 
Yves Lignon : Je n'ai aucune illusion : nous ne pouvons avoir que des objectifs modestes et nous sommes bien heureux si nous pouvons rester à la remorque de ce qui se fait dans les grands laboratoires étrangers. 
 
 
Acta Magazine : Aujourd'hui, quels sont vos objectifs à moyens et longs termes ?
 
Yves Lignon : Parvenir à faire enfin comprendre aux universitaires français que l'étude des phénomènes parapsychologiques est de première importance. Je pense, de plus, que combler le vide scientifique de mon pays en ce domaine pourrait avoir d'importantes conséquences sociales. Depuis toujours les phénomènes parapsychologiques ont été détournés par des escrocs et des charlatans mais, avec le chômage et la crise économique, la situation s'est aggravée et la voyance n'est bien souvent que le prétexte permettant d'exploiter la détresse morale ou psychologique. Une enquête récente menée par des journalistes a montré que la France détenait le record d'Europe en matière de charlatanisme paranormal. Cette dérive vers l'irrationnel est effrayante. Pour prendre un seul exemple en Allemagne mon ami le physicien Walter Von Lucadou dirige à la fois un des plus importants laboratoires de parapsychologie européens et un centre d'information destiné au grand public. Je vois parfois en rêve mes successeurs disposer des mêmes moyens.
 
Yves LIGNON,
département de Mathématiques
université de TOULOUSE LE MIRAIL
31058 TOULOUSE CÉDEX
tel: 05 61 50 46 12 fax: 05 62 72 06 47
lignon@univ-tlse2.fr
http://members.aol.com/geepplpt/GEEPP.html
 
Dernier livre de Yves Lignon paru en juin ’99 , édités par Michel Lafon : «Les dossiers scientifiques de l'étrange »
 
-> VERS LE HAUT
Qui sommes nous
item2d
item9a1