item4
ActaGroup
item3
item2e2
item2e2a
Qui sommes nous
item2e2a1
Qui sommes nous
item2a
item2a1
item2a2
item2a2a

(+32 (0)87 / 29 28 00

item7

© Acta xxx HOME xxx ACTA Intérim sa xxx ACTA Sélection & recrutement xxx Mentions légales xxx Webdesign: www.cito.be

item3a
item2e
Le rêve
"L'on peut construire sa vie en écoutant ses rêves."
 
Chaque soir, lorsque nous nous couchons, une autre vie jaillit derrière nos paupières closes. Révélateurs de nous-mêmes, ces rêves qui surgissent peuvent nous en apprendre très long sur nous-mêmes. A condition de les écouter ...
 
On comprend le comment mais pas le pourquoi
Chaque nuit, nous passons cent minutes à rêver, cent minutes de sommeil paradoxal, pendant lesquelles une activité cérébrale intense (avec entre autres des mouvements oculaires rapides) contraste avec un relâchement musculaire important. Et nous rêvons par phases, dont la périodicité est rythmée par une sorte d'horloge interne.
 
Cet état, nous le partageons avec les animaux à sang chaud (les poissons et les reptiles, eux, plus anciens dans l'apparition des espèces, ne "rêvent" pas). Une seule exception étonnante, les cétacés (notamment les dauphins) chez qui le sommeil paradoxal n'a pas pu être mis en évidence. Mais votre chat ou votre chien connaît cet état pendant son sommeil. Rêve-t-il? On peut le croire, même s'il ne peut nous le raconter !
 
Le sommeil paradoxal apparaît déjà chez le fœtus humain, pendant que se constitue et se structure son système nerveux.
 
Le rêve est donc une activité programmée du cerveau. Programmée par l'évolution des espèces. Mais si elle est programmée, dans quel but l'est-elle ? La science a découvert beaucoup de choses sur le « comment nous rêvons ». Mais elle n'a pas encore compris le « pourquoi nous rêvons ».
 
Le rêve, c'est un peu comme une lettre 
que l'on s'envoie à soi-même
Certains rêves nous semblent particulièrement incohérents, d'autres au contraire plus lumineux. Associations d'images fugaces, éphémères et pourtant si riches de messages. « C'est un peu comme une lettre que l'on s'envoie à soi-même », explique la psychothérapeute Claude de Milleville. Il serait dommage de ne pas la lire.
 
Freud fut l'un des premiers à réhabiliter le monde des rêves : « leur interprétation est la voie royale pour parvenir à la connaissance de l'âme ».  Mais Jung leur redonnera leur véritable dimension en introduisant l'idée que l'on peut construire sa vie en écoutant ses rêves.
 
Il faut pour cela accepter que la perception de notre inconscient n'a rien à voir avec notre vision de la réalité. Les rêves ont un langage propre que l'on doit apprendre à décrypter. Car il ne s'agit pas toujours d'essayer de comprendre ses rêves mais plutôt de les écouter, de les lire et d'observer les résonances qu'ils provoquent à l'intérieur de nous-mêmes.
 
Bric-à-brac d’images et de mots, les rêves court-circuitent notre raison et peuvent nous amener à poser un autre regard sur notre réalité la plus concrète et quotidienne. Si nous y sommes attentifs, nous pouvons même changer grâce à eux. Il suffit d’observer les sentiments qu’ils font résonner en soi, de laisser venir, sans trier, sans juger, toutes les idées qu’ils font jaillir : quelle émotion a-t-on ressenti ? A quel moment ? Qu’évoque telle couleur, tel mot ? Chaque lieu, chaque personnage peut devenir le point de départ d’un souvenir, d’une idée refoulée dans la vie consciente.
 
Le rêve, porteur d'un dynamisme de changement intérieur
Carl Gustav Jung voit dans le rêve la voie royale pour aller à la rencontre de l'inconscient. Mais pour lui, le rêve est plus que l'expression du désir. Il contient un sens prospectif, c.-à-d. tourné non seulement vers le passé mais vers le devenir global de la personnalité. Le rêve, en compensant une attitude consciente trop unilatérale, constitue souvent une invitation à élargir notre personnalité en accueillant les contenus de l'inconscient. Il est donc porteur d'un dynamisme de changement intérieur, d'un processus de transformation de la personnalité présent dans l'inconscient, que Jung a appelé "processus d'individuation".
 
Ecrire ses rêves
Ce processus « d’association », théorisé par Sigmund Freud, se réalise par tâtonnements, en reliant des éléments qui, a priori, n’ont rien en commun.
 
Jung suggérait de « tourner autour » du rêve, de le prendre sous différents points de vue, jusqu’à en épuiser le sens. Noter ses rêves dès le réveil s’impose. On peut aussi observer la manière dont ils s’enchaînent sur une semaine, sur un mois ... Et si l’on ne s’en souvient pas, on remarquera en quelles périodes ils se taisent … Cela aussi c'est un message.
 
Pourquoi je ne me souviens pas de mes rêves ?
Prendre son temps : plus on consacre de temps au rêve, plus on s'en souvient avec précision. Rester quelques minutes supplémentaires au lit pour se laisser submerger par eux, laisser jaillir les sentiments qu'ils nous inspirent. Ne pas se laisser, dès le lever, envahir par notre activité cérébrale.
Surtout, ne pas se bloquer : certaines personnes bloquent inconsciemment le processus de mémorisation pour ne pas être confrontées à ce que les rêves leur inspirent, et les refoulent.
 
Pourquoi je fais souvent les mêmes rêves ?
Quelque chose me tracasse, un problème que je n'ai pas encore résolu. Mon inconscient m'invite, lors de mon sommeil, à libérer cette angoisse. Quels éléments, quels sentiments me procurent ce rêve ? Que m'inspirent-ils durant le sommeil et au réveil ?
 
La répétition du même type de rêve nous invite à prendre conscience de l'état d'anxiété dans lequel ils nous mettent et de faire un travail sur nous-mêmes.
 
Les symboles sont-ils identiques pour tous ?
Il semblerait que 40 % du contenu de nos rêves est le réservoir des expériences de la vie quotidienne et les 60 autres % seraient des symboles universels, selon Carl Gustav Jung, symboles appartenant à l'inconscient collectif, ensemble de toutes les expériences humaines depuis l'aube des temps auquel on se connecterait pendant le sommeil.
 
Ces symboles peuvent nous paraître étranges mais, dès lors que nous en avons compris la signification, ils s'avèrent un mode de communication bien plus clair que celui que nous utilisons d'ordinaire.
 
Travailler sur la symbolique des rêves peut sembler délicat et peu aisé à accomplir, mais c'est comme jouer pour la première fois d'un instrument de musique. Au début, cela paraît compliqué et délicat, mais, plus l'expérience de l'instrument se fait régulière, plus la musique devient mélodieuse. Apprendre la symbolique des rêves, c'est faire un nouveau voyage dans un nouveau pays, comme apprendre une nouvelle langue. Et le bénéfice ne saurait qu'être rencontré car ces symboles constituent un niveau de communication plus élevé, plus précis, plus étendu qui vous permettra de prendre conscience de l'être que vous êtes.
 
Utiliser ses rêves pour chercher des solutions
Pratiquement tout le monde s'est un jour réveillé en ayant une réponse claire et simple d'un problème. Même si le contenu du rêve semblait fou, je savais ce qu'il fallait faire pour résoudre le problème.
 
Le fait de programmer délibérément ses rêves (rêves lucides) pour qu'ils fournissent des réponses permet de maîtriser davantage l'expérience onirique et de laisser travailler les rêves pour soi.
 
C'est quoi un rêve lucide ?
C'est prendre conscience quand on rêve qu'on est en train de rêver et pouvoir intervenir dans celui-ci tant au niveau de son décor, que des personnages, des sentiments qu'il nous inspire, …
 
Ce type de rêve est assez rare si on n'y est pas entraîné.  Effectivement, l'on peut apprendre à faire des rêves lucides comme on apprend à se rappeler de ceux-ci en visualisant un scénario avant de s'endormir. Comme tout apprentissage, il faut de l'exercice pour y parvenir.
 
Le rêve est-il image ou langage ?
Le rêve est-il image ou langage ? Bien sûr, une fois raconté, il devient langage. Mais l'expérience onirique est bien plus riche que ce que nous pouvons en traduire par des mots. Dans un rêve, nous évoluons dans toutes les dimensions, tous nos sens sont en éveil.
 
Il faut donc décrypter le rêve, à la manière d'un rébus, mais rébus dont la clé est personnelle, c.-à-d. dépend des associations du rêveur.
 
Le rêve est souvent l'instrument d'un processus de développement de la personnalité et, en ce sens, messager de la nécessité d'une transformation intérieure. Le rêve est l'inconscient qui nous appelle à une vie plus ouverte, plus riche, moins étriquée. Le rêve est avant tout image, réalité psychique vécue, symbole vivant du sujet.
 
Le rêve ne serait-il pas précisément la jonction entre l'objet et le langage, entre image et parole ? On peut d'ailleurs penser que le rêve donne accès à quelque chose situé "au-delà" du langage, quelque chose de la vérité intime de notre être, non encore capturée par les filets du langage.
"C'est pour nous une question vitale que de nous occuper de l'inconscient. Il s'agit d'être ou de ne pas être, spirituellement parlant"  .
 
Laurence Schyns
 
A lire :
Sigmund Freud, “L’interprétation des rêves”, PUF, 1999.
Carl Gustav Jung, “Essai d’exploration de l’inconscient”, Gallimard, Folio, 1988.
Betty Bethards, "Le dictionnaire des rêves".
 
-> VERS LE HAUT
Qui sommes nous
item2d
item9a1